La Renaissance des villes à travers GemellArte et le Street Art

Malgré l’urgence du Covid-19, l’art ne s’arrête pas: grâce à GemellArte, le festival international d’art contemporain créé pour revitaliser le jumelage entre les villes et valoriser le patrimoine local, l’artist Italien Ozmo – l’un des plus célèbres au monde – va créer une peinture murale dans la ville de Saint-Ouen-sur-Seine.

Un projet de régénération urbaine mais aussi un message d’espoir et de renaissance, à travers l’art urbain: il est promu de GemellArte, un festival international d’art contemporain créé pour revitaliser le jumelage entre villes italiennes et étrangères et valoriser leur patrimoine local.

Signe du lien profond entre l’Italie et la France, et du thème «Renaissance», avec le patronage de l’Ambassade de France en Italie et de l’Institut Français Italia, l’édition 2020 établisse un lien entre la ville italienne de Terni, en Ombrie, et Saint-Ouen-sur-Seine, jumelées depuis 1962, à travers deux résidences artistiques parallèles dont les gagnants ont été identifiés lors d’un appel international le mois dernier.

Après la résidence de l’artiste française Caroline Derveaux, qui a peint à Terni deux peintures murales donnant vie et couleur à deux murs oubliés et victimes de la décadence, l’accent est désormais entièrement mise sur l’artiste italien “Ozmo”: l’un des pionniers et grands acteurs internationaux de l’art urbain, auteur des expositions et d’interventions monumentales dans les capitales les plus importantes de l’art contemporain et urbain.

À Saint-Ouen, dans le quartier de Soubise, à partir de Lundi 16 novembre, Ozmo peindra une œuvre inspirée de “Il Cortegiano”, le portrait que Raffaello Sanzio de Baldassare Castiglione, un intellectuel de premier plan de la Renaissance italienne, a fait à la cour d’Elisabetta Gonzaga à Urbino.

«Je suis honoré et heureux de l’opportunité qui m’a été donnée par les organisateurs de GemellArte et la municipalité de Saint-Ouen – l‘artiste commente – de pouvoir intervenir avec une œuvre publique dans ce contexte intéressant du point de vue urbain et social, déjà aux portes de Paris qui, j’en suis sûr, pourra me donner les stimuli, l’inspiration et l’hospitalité nécessaires dont ce genre de travaux publics a besoin pour pouvoir s’intégrer dans le tissu urbain».

L’enthousiasme du street artist italien c’est le meme de Sophie Dernois, maire adjointe et conseillère à la culture de Saint-Ouen.

«Nous sommes heureux de contribuer à cet échange et nous sommes reconnaissants à la ville de Terni d’avoir accueilli notre artiste, fière de son travail effectué en Italy. Mais nous sommes également heureux de pouvoir accueillir une artiste comme Ozmo ici à Saint-Ouen dans un lieu non occasionnel, où des épisodes dramatiques ont été vécus, dans la conviction que la culture peut ouvrir les champs du possible. Grâce au travail d’Ozmo, sur le thème de la renaissance, nous sommes sûrs que cette intervention donnera de la couleur et une joie nouvelle à un lieu qui a connu des événements terribles. Nous sommes fiers de ce partenariat et nous sommes convaincus qu’il durera dans le temps”.

Florian Dautil, conseiller municipal en charge du développement international de Saint-Ouen, ajoute: “Nous sommes heureux que cette deuxième édition de GemellArte puisse se tenir. C’est une initiative qui représente une lumière sous le signe du jumelage entre les villes de Terni et Saint -Ouen et nous en sommes heureux. Nous souhaitons continuer à enrichir le jumelage et le faire à travers la culture et d’autres domaines qui peuvent être sportifs, éducatifs mais aussi économiques, car les deux villes ont beaucoup de choses en commun. Ce jumelage est donc l’occasion de irradier nos villes et nos habitants pour mettre en valeur leurs artistes. Mais c’est aussi l’occasion de célébrer l’amitié entre la France et l’Italie qui est aussi très importante pour l’Europe. Une occasion d’ouvrir des horizons et de les étendre pour les habitants de nos deux villes. Et c’est aussi ce qui a guidé notre choix de l’artiste à héberger ici à Saint-Ouen”.

Enfin, Tiziana Zumbo Vital, historienne de l’art, commissaire du Festival GemellArte de Saint-Ouen-Sur-Seine, explique le «sens» de la résidence artistique d’Ozmo dans la ville française: “Dans un contexte historique de méfiance, d’exclusion, de crise européenne, GemellArte est une initiative qui découle de la conviction que l’art unit les peuples.

L’échange est le principe qui préside chaque société et cela assure la libre circulation et l’équilibre social. Je suis très heureux que nous ayons réussi à faire vivre le Festival et à arriver à sa deuxième édition. Un résultat qui n’était pas du tout évident, compte tenu des problèmes de santé imposés par la pandémie. Cependant, nous avons cultivé notre ferme conviction que l’art est le moyen le plus puissant de transmettre des messages; des messages qui ont un caractère contagieux, presque «viral», mais dont le but est absolument sain.

La «Renaissance» surtout comme régénération: sentimentale, mentale, corporelle, à travers l’art.

GemellArte 2020 est inscrit dans le signe du virus, mais du virus comme métaphore du langage culturel: des virus qui possèdent des signes visuels comme le soutenait William Burroughs.

A l’heure où les pouvoirs imposent l’isolement et la séparation, le choix du Street art est né presque comme une urgence pour favoriser les échanges collectifs et contribuer à la renaissance urbaine et sociale. La ville investie par l’art renaît, elle devient un théâtre de rencontre, d’évasion, d’imagination et de poésie.

Saint-Ouen-Sur-Seine et Terni, dans une vieille amitié de soixante-dix ans, pour l’édition 2020 mettent à disposition une partie de leur “corps urbain” pour la création d’une œuvre d’art, utilisable par tous. À Saint-Ouen, l’intervention artistique se déroulera dans un quartier de la ville où les politiques ultérieures ont «déterritorialisé» le quartier et cimenté la psyché. L’intervention artistique, en tant que réappropriation du territoire, offrira une convivialité plus agréable des espaces et certainement une libération de l’âme à travers ses perspectives poétiques. L’art comme désamorçage des liens et libération de l’homme”.

LA BIOGRAPHIE D’OZMO
Ozmo, né à Pontedera, Pisa, a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Florence.

Signature déjà présente dans les souterrains de la peinture murale/graffiti italienne depuis les années 90, il s’installe en 2001 à Milan, collaborant avec les grandes galeries d’art de la ville, se signant de son prénom.

Parallèlement, il intervient dans l’espace public avec son Tag: Ozmo, jetant les bases de ce qui deviendra le Street art italien, dont il a été l’un des pionniers et des représentants au niveau international.

Ses interventions se caractérisent par une imagerie pleine de symboles et d’images allant de l’histoire de l’art, de la culture pop, du langage publicitaire et de l’illustration encyclopédique.

Depuis 2003, les œuvres d’Ozmo sont présentes dans le circuit des foires d’art italiennes et des galeristes privés et dans certaines importantes collections de musées publics.

Parmi les expositions italiennes: Palazzo della Ragione (2005), Pac (2007), Palazzo Reale (2007), jusqu’à son “Pre giudizio universale” personnel, au Museo del 900 de Milan et la création d’une œuvre permanente sur terrasse du Museo d’Arte Contemporanea à Rome, en 2012.

Ozmo a réalisé des expositions et d’interventions monumentales de Street art dans les capitales les plus importantes de l’art contemporain et urbain: New York, Miami, Chicago, San Francisco, Londres, Shanghai, Paris, Baltimore, Berlin, San Paolo, La Havane, Beyrouth, Milan, Rome. Il vit et travaille entre Milan et Paris.

LE PROJET DE RÉSIDENCE

L’œuvre proposée par l’artiste italien pour la ville de Saint-Ouen est une peinture murale inspirée de “Il cortegiano”, le portrait que Raffaello Sanzio a fait de Baldassare Castiglione, un intellectuel de premier plan de la Renaissance italienne, à la cour d’Elisabetta Gonzaga à Urbino.

Un chef-d’œuvre d’un tel succès que François Ier, roi de France lui-même fut impressionné, et il le fit reproduire et le distribuer à chacun de ses courtisans: d’où le fil rouge entre l’Italie et la France

Ozmo a donc conçu une réinterprétation de «Il cortegiano» avec l’ajout de couches qui interagissent les unes avec les autres, ouvrant de nouvelles significations sémantiques et conceptuelles à l’œuvre originale.